L’énergie libre et le moteur surnuméraire – de Nikolas Tesla à Raoul Hatem

Écrit par le 31 mai 2012 dans <Alternatives> - 10 Commentaires

 

L’ INPI interdit un brevet pour cause d’innovation !!!

« Il n’y a pas de crise de l’Energie, mais simplement une crise d’Ignorance »  B.Fuller

NIKOLAS TESLA

C’est au cours de la conférence du 20 mai 1891 à l’American Institute of Electrical Enginneers de New York, que Tesla a pour la première fois parlé de l’énergie libre. Voici ce qu’il annonce : « Dans quelques générations nos machines seront propulsées par cette énergie disponible à tout endroit de l’univers.[…] Dans l’espace il y a une forme d’énergie. Est-elle statique ou cinétique ? Si elle est statique, toutes nos recherches auront été vaines. Si elle est cinétique – et nous savons qu’elle l’est – ce n’est qu’une question de temps, et l’humanité aura mis en harmonie ses techniques énergétiques avec les grands rouages de la nature ».

Tesla publie le 30 septembre 1894 un article dans lequel il expose sa théorie de la lumière, de la matière, de l’éther et de l’univers et affirme que 90 % de l’énergie des lumières électriques est gaspillée : « j’espère vivre assez longtemps pour être capable de poser une machine au milieu de cette pièce et la faire tourner par la seule énergie du milieu environnant »

Le concept d’éther a été introduit par Aristote pour désigner le cinquième élément. Ce terme englobait à l’origine tous les objets qui se trouvaient à l’extérieur de l’atmosphère terrestre. Les physiciens du Moyen-Âge postulait que l’éther est une substance qui remplit l’espace. Newton en a fait aussi référence. Plus tard, Maxwell pense qu’ « il n’y a aucun doute que les espace interplanétaires et interstellaire ne sont pas vides, mais remplis d’une substance qui existe en très grande quantité qui est régulière »

Tesla est le pionner dans ce domaine. Il a été le premier à inventer une machine qui construisit une machine qui puisait son énergie dans une source infinie et inépuisable, l’énergie du point zéro, ou plus communément appelée énergie libre.
Tesla inventa une machine qui est non-seulement capable de s’auto-alimenter, mais qui tire de l’énergie de l’air environnant. Son appareil était une bobine à électroaimants, pour laquelle il avait obtenu en 1894 un brevet. La forme de sa bobine permettait au système d’emmagasiner une quantité énorme d’énergie, en n’utilisant qu’une infime partie de cette énergie pour son propre fonctionnement. On peut la comparer à une voiture qui aurait un très grand réservoir d’essence toujours plein, et qui n’utiliserait que deux pour couvrir cent kilomètres.

De nos jours, des machines à énergie libre ont été construites et fonctionnent avec comme seul carburant l’air ambiant. Bruce DePalma est le plus connu des inventeurs en énergie libre avec sa N-machine. Il utilise dans sa machine des aimants très puissants pour mettre l’énergie de l’espace au travail sur la terre, car il considère que « l’aimant est une fenêtre sur l’énergie libre de l’espace ».

RAOUL HATEM

L’origine d’une idée ou d’une découverte n’est jamais facile à établir. Cela vient généralement de beaucoup plus loin qu’on le croit. Cela dit, l’HYPERSCIENCE a été élaborée à partir de deux découvertes capitales :

– LA DEGRAVITATION en 1955 par Léon Raoul HATEM

– L’ONTOGENESE en 1985 par Frank HATEM, son fils.

La DEGRAVITATION est un effet de libération magnétique entre des aimants s’éloignant l’un de l’autre. Lorsqu’on propulse un seul des deux aimants, l’interpénétration des champs magnétiques, et donc l’attraction, subsistent. Celui qui s’éloigne est FREINE dans son mouvement par cette attraction. Au contraire si ce sont les deux aimants qui s’éloignent simultanément (avec des vitesses inversement proportionnnelles à leurs masses respectives), les deux champs se libèrent et cessent de s’interpénétrer. L’attraction devient inopérante, il n’y a plus aucun freinage de l’un sur l’autre. Si les vitesses ne sont pas inversement proportionnelles aux masses, la libération est partielle.

Ce phénomène n’est quasiment provoqué que dans un cas unique : lorsque deux sphères magnétiques tournent en synchronisme symétrique par leurs propres moyens. C’est le cas des particules atomiques et des sphères célestes, et cette absence de freinage est responsable de l’ACCELERATION, à chaque tour, des mouvements de rotation à partir de la première mise en attraction préférentielle, sans aucune consommation d’énergie, engendrant la mise en marche de l’univers en mouvement perpétuel auto-entretenu.

La DEGRAVITATION est la découverte cruciale permettant pour la première fois d’expliquer l’atome et l’univers sans aucun besoin d’énergie extérieure, ce qui est la moindre des choses. Il n’y a pas d’extérieur à l’univers. Et l’idée d’une lancée initiale, explosion ou autre, est évidemment inapte à entretenir le mouvement dans la matière ou dans le cosmos.

A partir de là, il a donc été possible d’élaborer une théorie unitaire de l’atome et de l’univers, à partir d’une seule et unique énergie, l’ENERGIE MAGNETIQUE qui, grâce à la dégravitation, prend forme de GRAVITATION lorsque les mouvements sont équilibrés et stabilisés. Les deux autres  » forces  » censées constituer l’atome, inventées pour les besoins des théories, deviennent sans objet.

ACTUALITE

Il est rare de voir dans les magazines des articles concernant l’éther et encore moins l’énergie libre puisque 95 % des personnes n’en ont jamais entendu parler. Mais dans le Sciences et Avenir de janvier 2002, dans le dossier « les hérétiques de la science », Jean Pierre Vigier, probablement considéré comme le plus grand physicien français vivant, défend l’idée d’un éther matériel : « il y a un éther matériel, physique, qui porte les ondes et les particules, exactement comme la mer porte un navire ». Puis il continue en évoquant succinctement l’idée d’une énergie infinie : « Extraire de l’énergie du vide pour la convertir en une source inépuisable : vieux rêve ou fantasme ».

Une expérience a été faite pour essayer de mettre en évidence la force du vide : «Ils construisent une balançoire de 500 micromètres carrés suspendue à quelques centaines de nanomètres du sol. Puis il approche une sphère à moins d’un micromètre. Même sans contact, la balançoire se pencha ». En physique quantique, le vide n’est pas vraiment vide, il est en fait le siège de fluctuations qui créent des particules virtuelles engendrant sur les plaques une force de pression attractive.

INTERET

On peut trouver évidemment trouver une multitude de domaines dans lesquels l’usage d’une énergie propre et infinie serait très bénéfique. On peut citer l’automobile, le chauffage des habitations, plus généralement dans l’industrie. Il serait aussi très profitable de l’utiliser dans le domaine spatial. « Le génie inventif de l’homme nous permettra non seulement de voyager dans l’univers à une vitesse inimaginable, sur une trajectoire fixe. Il nous permettra aussi grâce à l’énergie que l’on pourra tirer de l’espace, d’être autonome et d’y séjourner pendant de longues périodes en consommant peu d’énergie».

Ces appareils à énergie infinie pourraient rendrent indépendants énergiquement la population. On peut imaginer des constructions privées d’appareils, de tailles variables : depuis le générateur dans son jardin, jusqu’à la centrale assez puissante pour éclairer toute une ville. Certains scientifiques pensent que c’est la voie à suivre pour l’avenir. D’autres, au contraire, pensent que « le fait de donner à la société une énergie abondante, bon marché et inoffensive, serait la pire des choses qui pourrait se passer sur cette planète, parce que les gens risqueraient de l’utiliser à des fins pas forcément positives ».

Réfléchissons un peu quant aux bienfaits que peuvent nous apporter une énergie propre et infinie : toutes les forêts, mers, lacs, océans, ne seraient plus menacés d’être à nouveau contaminés par des déchets radioactifs, par le pétrole. L’air dans les villes serait plus pur, le bruit incessant des voitures serait moindre. Les industries rejetteraient beaucoup moins de produits polluants dans l’air.

10 Commentaires pour "L’énergie libre et le moteur surnuméraire – de Nikolas Tesla à Raoul Hatem"

  1. carpentier 8 février 2013 à 13 h 44 min · Répondre

    bonjour

    L’accès à cette technologie, l’achat de systèmes surnuméraires semble inaccessible! où peut on ( à part chez Fabrice André qui ne répond jamais) avoir accès à ce matériel ? Merci, cordialement C

  2. liegard 16 février 2013 à 12 h 56 min · Répondre

    C’est clair que si on avait les énergies de tesla, il y aurait jamais eu besoin de centrale nucléaire ou encore de pétrole !!
    Ah nous de trouver le moyens d’avoirs des énergies individuelles quand on a les moyens et les possibilités de trouver les plans, acheter le matériel et le construire!
    Tâche pas facile mais plusieurs personnes/groupes le font déjà, donc on peut se rapproché de ces personnes afin qu’elles nous conseil et nous donne un coup de pouce
    ;)
    Je me demande juste jusqu’où iront les catastrophes de toutes sortes pour que la majorité des peuples réagissent :/

  3. Philton 27 mars 2013 à 11 h 06 min · Répondre

    Tant que les gens auront du foot et de la bière, ils ne s’en préoccuperont pas.
    Il faut que le peuple soit dans la misère pour qu’il y ait une révolution

  4. Bruno 1 mai 2013 à 12 h 05 min · Répondre

    D’accord avec tout cela.
    Juste une chose: arrêtons de parler de moteur surNUMERAIRE, ce n’est pas la bonne appellation. Surnuméraire voudrait dire que c’est le moteur de trop, dans le fond pourquoi pas, c’est peut être le moteur de trop pour certains intérêts…La bonne appellation est surUNITAIRE, ce qui veut dire que ce moteur possède un rapport entre l’énergie consommée et l’énergie produite supérieur à un. On comprend mieux et c’est surement plus juste.
    Bonnes recherches à tous

  5. Memphis57 17 novembre 2013 à 22 h 14 min · Répondre

    Bonsoir a tous, ravi de constater que certaines personnes s’intéressent a la réalisation des travaux de TESLA.
    Vous parlez de groupes qui travaillent sur ses travaux, comment peut on les contacter?

    Merci

  6. biobelix 7 septembre 2014 à 18 h 15 min · Répondre

    bonjour a tous, je cherche des plans pour moteur sur(numéraire) ou sur(unitaire) selon ? merci

    • Chaussinand César 5 décembre 2014 à 19 h 17 min · Répondre

      @biobelix, Bonjour,
      Tu ne peux pas trouver de plans car aucun moteur surnuméraire ou surunitaire n’a été construit. Si tu veux de l’energie libre, il faut puiser dans les ressources naturelles a disposition (solaire, eolien, pac…)

  7. César 25 novembre 2014 à 23 h 09 min · Répondre

    Bonjour,
    A la lecture de l’article, j’ai été étonné de voir que vous diffusez des informations fausses. Il est important, je pense, de préciser qu’aucun générateur surnuméraire fonctionnel n’a été construit, pour la bonne raison que l’éther dont il puise sont énergie n’existe pas (cette démonstration date du début du XXème siècle). Les seuls choses qui peuvent se rapprocher de cet hypothétique éther luminifère sont : le chant électromagnétique ambiant (sont exploitation expérimentale a permis d’alimenter une puces électronique de plusieurs microvolts); et le chant quantique (au repos, inexploitable d’une quelconque façon). En plus de ça, les sources cité ne sont pas fiables du tout (oui, M. Hatem, c’est toi que je regarde) et les citations d’une pertinence douteuse (maxwell n’a jamais travaillé sur l’astrophysique). J’ai pas relevé toutes les erreurs, ni pris la peine d’y apporter une réponses (je m’en excuse) mais je pense qu’il est urgent de corriger cet article (ou au moins donner une explications aux personnes ayant commenté avant moi).
    Cordialement

    si vous voulez plus d’info un petit tour sur Wikipédia aux page de l’Éther (physique) ou de Nicolas Tesla devrais éclaircir tout ça. e-penser, sur YouTube, résume la question de l’Éther dans sa vidéo sur la relativité restreinte.

  8. lbop 10 décembre 2014 à 14 h 22 min · Répondre

    « Surnuméraire » est en effet un terme à bannir pour qualifier une machine dont le rendement serait supérieur à 1.

    Mais « surunitaire » n’est pas mieux, car une telle machine n’existe pas.

    Pourtant des plans existent, et sont mêmes gratuits.

    Gratuits … jusqu’au moment où leurs auteurs réclament du fric pour dévoiler les derniers détails aux gogos qui ont entrepris la construction sans résultat positif.

    En effet, si un tel moteur existait, faites confiance à l’inventeur pour trouver de quoi le construire et l’exploiter, quitte à s’associer à une multinationale qui deviendrait alors « reine du monde ».

    Cependant, même « le génial Tesla » (sic) n’a pas réussi.

  9. Léon-Raoul HATEM 18 juin 2015 à 17 h 51 min · Répondre

    Les critiques sont faciles à faire ; mais si les opposants étaient plus malins, ils demanderaient  »gentiment  » aux auteurs, de leur expliquer leur système…Mais ils préfèrent critiquer sans savoir de quoi il retourne, et disent n’importe quoi pour se rendre intéressants.. Et donner à croire qu’ils sont plus malins que les Inventeurs.

    Alors puisque je suis autorisé à m’exprimer; Merci ! je propose à quiconque veut la réaliser, une expérience qui consiste à faire tourner un aimant à l’aide d’un moteur quelconque, présentant alternativement chacun de ses deux pôles à un autre aimant monté sur un bras articulé et muni d’un disque d’inertie et lui permettant de se rapprocher ou de s’éloigner librement de cet aimant moteur.

    En mettant l’aimant-moteur en rotation lente au départ afin de ne pas brusquer les fonctions polaires, il verra alors les deux aimants se mettre en rotations SYNCHRONISEES SYMETRIQUES dont deux pôles opposés, un N et un S en attraction, se rapprochant dans un premier temps l’un de l’autre par leur attirance, ce qui est parfaitement normal ; puis s’éloignant librement l’un de l’autre comme s’ils ne se connaissaient pas, ce qui est moins connu puisqu’ils devraient s’attirer mutuellement.

    Cette expérience pour le moins bénigne et apparemment inintéressante n’était que la confirmation de la découverte du secret de la Mécanique Universelle d’un atome et d’un système planétaire en 1955. Car qui donc aurait eu cette idée saugrenue de faire tourner deux aimants à l’aide d’un moteur ?

    Or, cela correspond exactement à la gravitation, mais non selon NEWTON puisque sans suppression de la répulsion magnétique qui a son rôle important à jouer dans la Mécanique Universelle

    Et si nos amis ont l’intelligence de continuer leur observation, ils verront les deux aimants tourner en parfait synchronisme symétrique, et donc, un tour pour un tour de chaque aimant…Et ils pourront constater que si deux polarités opposées, un Nord et un Sud se rapprochent mutuellement l’une de l’autre par attraction magnétique jusqu’au plus proche en alignement des quatre pôles, les deux autres polarités également opposées, qui donc s’attirent également, continuent leur rotation bien qu’étant un NORD et un SUD, et qui S’ELOIGNENT MAINTENANT LIBREMENT L’UNE DE L’AUTRE SANS AUCUN FREINAGE, comme si elles s’ignoraient mutuellement.

    Or, POURQUOI ces deux pôles; un NORD et un SUD qui s’attirent, peuvent-ils se séparer LIBREMENT ? Car ils devraient se freiner par leur attirance mutuelle et s’opposer à leur rotation..
    Eh bien NON…Ils ne se freinent pas, et S’ELOIGNENT maintenant LIBREMENT L’UN DE L’AUTRE comme s’ils ne se connaissaient pas.

    C’est cela LA DEGRAVITATION hatémienne qui supprime tout effet attractif entre deux pôles opposés, un Nord et un Sud qui s’éloignent simultanément l’un de l’autre et qui se LIBERENT MUTUELLEMENT comme s’ils ne se connaissaient pas ..Alors qu’ils s’attirent puissamment lorsqu’ils se trouvent face à face en état de repos
    .
    Or, si ces deux pôles se freinaient mutuellement à leur séparation, l’aimant qui n’est pas entraîné par le moteur, ne devrait pas tourner et s’arrêter, attiré d’une part par un pôle et freiné d’autre part avec la même force par l’autre pôle, symétriquement….Annulant la rotation…Or, IL TOURNE TRES LIBREMENT et donc il est virtuellement accéléré, et produit même de l’énergie, simulant un second moteur, et alors qu’il devrait se trouver freiné alternativement avec cette même énergie… lorsque les deux pôles s’éloignent l’un de l’autre ; et donc, devraient s’arrêter

    Eh bien NON…Car si les deux pôles qui se précipitent l’un vers l’autre sont en état de GRAVITATION, et qu’ensuite ils s’éloignent mutuellement l’un de l’autre, ils sont alors en DEGRAVITATION magnétique et ne se freinent pas, se libérant mutuellement comme s’ils s’ignoraient.

    Mais ce n’est pas tout…Car si l’aimant moteur continue à tourner sans rien changer à sa rotation, il est possible de freiner le second disque, et le faire tourner DANS LE MÊME SENS que le moteur, au lieu de le faire tourner dans le sens inverse…

    Et là, ce qui se passe semble encore ANORMAL pour nos deux aimants dont deux pôles opposés se rapprochent, ce qui confirme la GRAVITATION…Hatémienne, et jusqu’au moment où ils sont les quatre pôles en ligne ; mais ce qui n’est plus normal, c’est de voir ces deux autres pôles , un NORD et un SUD qui doivent s’attirer, et qui S’ELOIGNENT LIBREMENT l’un de l’autre comme s’ils ne se connaissaient pas.

    Eh bien SI…Ils se reconnaissent…Mais ils s’éloignent mutuellement l’un de l’autre le plus librement du monde, SANS SE FREINER ; c’est la DEGRAVITATION également hatémienne, de même que deux amoureux qui se séparent… On s’adorait ; mais si tu t’en vas…Je m’en vais…Et ON EST LIBRE………….

    Mais si l’un d’eux revient sur sa parole et s’arrête dans son élan, les deux  »amants » ne sont plus libres.. Et reviennent l’un vers l’autre

    En résumé, la DEGRAVITATION Hatémienne se produit lorsque deux pôles magnétiques en attraction, un NORD et un SUD, s’éloignent simultanément l’un de l’autre avec des vitesses inversement proportionnelles à leur valeur énergétique, celui qui est deux fois plus faible doit s’éloigner deux fois plus rapidement que le plus fort…Et tant qu’ils seront en éloignement.

    Et, par comparaison… La GRAVITATION hatémienne se produit lorsque deux pôles en attraction, un NORD et un SUD se rapprochent mutuellement l’un de l’autre avec des vitesses inversement proportionnelles à leur valeur énergétique, celui qui est deux fois plus faible se rapprochant deux fois plus rapidement que le plus fort.

    Mais que deviennent les pôles en répulsion ? Car ils ont un rôle à jouer dans la Mécanique Universelle contrairement à Newton… Eh bien, dans les rotations polaires synchronisées symétriquement, et tant qu’elle sont parfaites, ces pôles se trouvent toujours à la même distance ; et de ce fait, leurs effets répulsifs s’annulent et ne se remettent en fonction que dans certaines conditions, notamment dans les Lois que l’on dit de KEPLER. Autre sujet à développer…

    Pour information, un seul moteur de 2000 Watts fait tourner quatre gros alternateurs de chantiers qui produisent huit mille Watts d’électricité…Et un autre système fait tourner dix alternateurs de voitures fournissant 6000 Watts d’électricité avec un seul moteur de 750 Watts Qui dit mieux ?

    Léon-Raoul HATEM dit HORLOGER DE L’UNIVERS par ses lecteurs. depuis 1955 ..Et .80 années de réalisations scientifique depuis 1935 Pour contact : 01 64 25 83 92

Réagissez en laissant un commentaire